24 novembre 2018

Qui sommes-nous?

Des brebis, nos convictions, vos yaourts

Nous sommes allés à la rencontre des brebis de Longviala et du pays aveyronnais.
Parmi elles, « Margotte », la star des brebis, raconte l’histoire de ces onctueux yaourts.

Mais d’où venez-vous ?

Nous coulons de paisibles jours à Longviala, commune de La Tieule située en Lozère. Nous sommes accompagnées de nos voisines du GIE du Pays de la brebis pâturant dans le ségala et le lévézou aveyronnais.
Là, telle que vous me voyez, je fabrique le lait de vos futurs yaourts. Au total, avec des périodes de lactation réparties sur l’ensemble de l’année, nous produisons près de 600 000 litres de lait par an.
Nous gardons toujours nos 4 mois de congés.

Quand est-ce que votre aventure a débuté?

Depuis 1996, mon patron suit les codes de l’agriculture biologique au sein de notre exploitation gérée par Mauricette, sa femme, et Matthieu, son fils. En 2008, virage à 180° ! Nous avons vu notre lait transformé sous nos yeux à quelques mètres de notre nid douillet de paille. Quel bonheur !

Dans l’esprit de se développer, mon patron a créé en 2012 l’entité indépendante de transformation « Ferme du Causse s.a.s ». Il s’approvisionne en lait en moins d’une heure auprès du GIE du Pays de la brebis.
Malgré l’accroissement de la production de yaourt, c’est toujours un régal pour nous d’admirer le savoir-faire traditionnel de mon patron et son équipe. Ainsi sont fabriqués de bons produits au goût authentique.

Pourquoi s’être orienté vers l’agriculture biologique ?

En 2000, lorsque nous avons déménagé à Longviala, mon patron nous a installées au sein d’une exploitation déjà certifiée « Agriculture Biologique ». Dans le but de rester à notre écoute et de veiller à notre bien-être, ils ont, avec son épouse, conservé cette manière de travailler. Ainsi, bonjour aux engrais naturels et non aux conservateurs,
colorants, engrais chimiques et OGM.

Que mangez-vous donc pour produire un si bon lait ?

Matthieu et Mauricette nous donne exclusivement du foin. Il en va de même pour nos voisines aveyronnaises. L’ensilage ne fait en aucun cas partie de nos habitudes alimentaires.

Pour information, l’ensilage consiste à conserver du fourrage par voie humide en passant par la fermentation lactique anaérobie. Dans notre cas, le foin est séché dans une grange de l’exploitation grâce à un système qui canalise la chaleur du soleil du toit du bâtiment. De plus, nous disposons de suffisamment d’espace afin de nous épanouir en toute quiétude. Pour nous, une bonne alimentation à base de foin est plus saine et nous sommes en bien meilleure santé. Que demander de mieux !

Mais où peut-on retrouver ces délicieux yaourts tradi-bergère ?

Rien de plus simple ! Partout en France ! Vous pouvez les acheter dans la majorité des magasins bio. En prime, vous pouvez les retrouver dans quelques magasins bio situés en
Belgique.